Quels sont les poux de tête?

 

Les poux de tête (Pediculus humanus capitis) sont les parasites responsables des infestations de poux de tête. Ils grandissent, vivent et se reproduisent uniquement sur le cuir chevelu et se nourrissent de sang. Ils ne peuvent pas voler ou sauter. Ils se déplacent en rampant et se cramponnent aux cheveux avec leurs jambes comme des griffes. Les œufs de poux sont appelés des lentes et ressemblent à des cylindres blancs ovales. On les confond souvent avec des pellicules. Les poux adultes ont une couleur d’apparence blanche-grise, qui vire au rouge-brun après qu’ils se nourrissent.1

Les poux sont un problème fréquent chez les enfants en âge préscolaire et chez les écoliers. La transmission se fait principalement par contact direct de tête-à-tête. D’autres modes de transmission peuvent impliquer l’échange de tuques, de brosses, et d’autres objets qui touchent la tête. Il y a également une augmentation récente de la transmission des poux ces dernières années lorsque les enfants rapprochent leurs têtes pour prendre des selfies.

Voici quelques mythes courants sur les poux de tête2:

  • 59 pour cent des répondants au sondage pensent que les poux de tête peuvent devenir résistants à certaines formes de traitement
  • 59 pour cent croient que les poux de tête peuvent s’attraper parce que ces derniers sautent
  • 38 pour cent pensent qu’une personne est plus susceptible d’attraper des poux de tête à cause d’une mauvaise hygiène
  • 35 pour cent croient que les poux de tête sont porteurs de maladies et sont un risque grave pour la santé
  • 33 pour cent croient que les insecticides sont nécessaires pour éliminer les poux de tête
  • 30 pour cent croient qu’en se baignant tous les jours, on est moins sujet à attraper des poux de tête
  • 27 pour cent pensent qu’il est possible d’étouffer les poux de tête
  • 22 pour cent pensent que les gens qui viennent de familles à faibles revenus sont plus susceptibles d’attraper des poux de tête

 

  1. 1. Frankowski et al., 2002; Canadian Pediatric Society, 2004.